Fakarava 2001 - Vatea RAMBAUD

Visite d'une ferme perlière à Fakarava

Paris-Papeete

Après avoir traversé les océans par 20 heures d'un vol assez calme, nous atterrissons à l'aéroport de Faa'a à 6 heures du matin. Sortir de l'avion est un moment toujours aussi extraordinaire. L'humidité ambiante vous traverse littéralement le corps et de fortes odeurs végétales vous envahissent. La célèbre cérémonie de remise de collier de fleurs est toujours d'actualité en ce mois de juillet 2001. Cette tradition ancestrale vous enivre encore plus. En passant le bureau des Douanes, nous sommes témoins d'une altercation entre un douanier et des passagers qui essayaient d'exporter en fraude ces précieuses perles de Tahiti. En effet, toute perle exportée doit subir une taxe afin de financer un organisme chargé de promouvoir la perle de Tahiti à travers le monde - et notamment en France : le GIE Perles de Tahiti. Tout rentre dans l'ordre avec l'arrivée d'un deuxième douanier en renfort.

Il est déjà 8 heures. Le petit avion bi-moteurs est déjà prêt pour nous acheminer vers Manihi , petite île située à moins de 520 kms de Tahiti et qui a la particularité d'avoir une piste d'atterrissage. Trois minutes en Jeep et nous nous approchons du hors-bord de la ferme qui nous attend. Les cales du bateau sont chargées des courses du petit matin : du fioul pour les groupes électrogènes, un peu de quincaillerie (il manque toujours quelques chose sur une île éloignée), quelques conserves et des cassettes pour animer le "vidéo-club" local. Le lagon est calme mais la haute mer un peu houleuse. Une bonne heure sur cet océan - qui n'a de pacifique que le nom - sera nécessaire avant d'arriver à la ferme.

Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière

Les visiteurs qui arrivent la première fois dans une ferme perlière sont toujours un peu déçus. Pourquoi donc appeler de la sorte une ou deux petites constructions sur pilotis ? Celles-ci ne sont en fait que la partie cachée de l'immense exploitation qui se cache sous l'eau, à l'abri des regards indiscrets.

Une ferme perlière est l'équivalent d'une véritable exploitation agricole, où toutes les plantations se feraient sous le niveau de la mer. A l'intention de ceux qui voudraient "créer" une ferme, sachez qu'il faut:

- trouver une petite île tranquille;

- patienter deux ans afin d'obtenir les nombreuses autorisations administratives, dont l'obtention de la "concession maritime";

- construire l'infrastructure en faisant venir par bateau tout ce dont on a besoin: matériaux de construction "légers" (bois, tôle ondulée, quincaillerie), groupe électrogène (qui fournira l'énergie électrique le soir jusqu'à 22 heures), réserve de gasoil...

- faire venir des greffeurs du Japon (les meilleurs car ayant cumulés une grande expérience, et aussi les plus chers); cependant, on arrive de nos jours à trouver des greffeurs polynésiens de qualité;

- surveiller quotidiennement les huîtres à 10 mètres de profondeur pendant 24 mois;

- mesurer le taux de salinité du lagon et la température de l'eau;

- déplacer le site de production dans certains cas;

- se protéger des pirates de mer; apprécier la vie sur une île où l'eau courante est un luxe;

- espérer que des cyclones ne viendront pas détruire tous vos efforts;

- trouver un banquier qui devra financer une exploitation pendant deux ans sans pour autant voir la moindre perle.

Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière

Ce qui est extraordinaire, c'est le travail qu'il aura fallu fournir afin de "préparer" l'exploitation. Imaginez un champs de blé: vous creusez un sillon sur une distance de 500 mètres, puis vous semez. Vous passez au sillon suivant: creusez 500 mètres et semez. Vous pouvez ainsi creuser 50 sillons. Et bien dans un ferme perlière, le principe est identique, mais sous l'eau: à une profondeur d'environ 10 mètres, des lignes sont tendues et arrimées à des ancrages en béton coulés dans le sable. La longueur totale de ces lignes pouvant faire plusieurs kilomètres.

Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière
Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière

Le collectage des naissains

L'étape suivante consiste à "faire naître" des bébés huîtres. Les nacres étant successivement mâles puis femelles, elles libèrent dans l'eau spermatozoïdes et ovules. Les oeufs deviennent larves, puis naissains. Le collectage des naissains s'effectue donc dans une zone riche en nacres adultes sauvages ou dans une ferme perlière. On dispose comme collecteurs de naissains des branches d'arbustes ou des éléments synthétiques, sur lesquels les naissains viendront se fixer.

Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière
Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière

Les nacres ayant atteint une taille suffisante, on les assemble en chapelets et on les fait "grandir" 2 ou 3 ans sous l'eau.

Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière

Pendant cette période de croissance, de nombreux parasites viendront se fixer sur la coquille des nacres, et les plongeurs devront les inspecter régulièrement. Le nettoyage pourra se faire sous l'eau...

... ou à bord d'un bateau.

  • Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière
  • Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière

Une fois adultes, les huîtres vont être greffées. Un technicien (le greffeur) fait une incision dans la gonade (glande de reproduction de l'huître) et y dépose le greffon (fragment de manteau) puis le nucléus au contact du greffon. L'opération dure une à deux minutes.

Les nacres sont ensuite remises à l'eau. Dans les semaines qui suivent, le nucléus va être tapissé par la prolifération des cellules épithéliales, ce qui va constituer le sac perlier. Puis la nacre sécrétée va recouvrir le nucléus en couches concentriques. Si la plaie provoquée par l'incision se cicatrise vite et bien, il se produira une perle ronde plus facilement. Un pourcentage de réussite de 30% (3 perles convenables pour 10 huîtres greffées) est considéré comme bon.

Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière

Entre la greffe et la récolte, il faudra patienter de 16 à 18 mois...

Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière

Arrive enfin le moment tant attendu de la récolte.

Les nacres sont remontées à la surface et délicatement ouvertes.

Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière

 Après plus de 16 mois d'attente, le moment est magique.

Chaque perle récoltée aura une forme et une couleur unique.

Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière

Remerciements à John Rere pour son accueil chaleureux lors de notre visite en 2001.

Découvrez plus d'images dans le diaporama ci-dessous

Fakarava 2001 - visite d'une ferme perlière
Powered by SmugMug Log In